Trouver un emploi

Vous êtes prêt à partir à la recherche d’un emploi, mais vous ne savez pas par où commencer? Nous sommes là pour vous guider.

Depuis quelque temps, les sites d’emploi semblent être la ressource vers laquelle se tourner pour décrocher un emploi. La démarche peut sembler décourageante, mais elle est riche de possibilités. Nous avons répertorié certains des sites d’emploi les plus importants, mais aussi des sites plus petits et plus spécialisés. Si les sites d’emploi sont utiles, rien ne vaut le contact humain, qui vous mènera plus sûrement vers un poste. C’est pourquoi nous vous proposons des stratégies axées sur les réseaux sociaux et le réseautage.

Que vous soyez encore aux études ou que vous veniez d’obtenir un diplôme, vous ne pouvez négliger les médias sociaux. Les employeurs sont maintenant en ligne et cherchent des candidats au moyen de LinkedIn, de Twitter, de Facebook et d’autres médias sociaux. Si vous prenez le temps de soigner votre présence en ligne et de bâtir votre image de marque, vous pourriez trouver un emploi bien plus vite que prévu.

Le réseautage est également un incontournable de la recherche d’emploi. Lisez les articles au sujet des stratégies que l’on vous propose pour tisser des liens et miser sur votre réseau personnel.

Points saillants

  • Les sites d’emplois

  • Les médias sociaux

  • Le réseautage

SITES D’EMPLOIS

Toutes les industries:

LinkedIn http://www.fr.linkedin.com/

Guichet emploi http://www.guichetemplois.gc.ca/intro-fra.aspx?lng=1

Indeed http://www.indeed.fr/

Monster http://francais.monster.ca/

Workopolis http://www.workopolis.com/FR/Common/HomePage.aspx

Simply Hired http://fr.simplyhired.ca/

Craigslist http://www.craigslist.ca/

Kijiji http://www.kijiji.ca/

Jobboom http://www.jobboom.com/

Jobillico http://www.jobillico.com/fr

Neuvoo http://neuvoo.ca/

Voir http://voir.ca/emplois/

Emploi Québec http://emploiquebec.net/index.asp

JobGo http://www.jobgo.ca

Sites d’industrie spécifique

Académique

Affaires universitaireshttp://oraweb.aucc.ca/pls/ua/ua_rf

Aérospatiale

AIAC http://www.aiac.ca/fr/content.aspx?pageid=68&rdr=true&LangType=3084

Agriculture

AgCall http://www.agcallhr.com/

Anthropologie

La Société canadienne d’anthropologie http://www.cas-sca.ca/fr/derniers-emplois

 

Automobile

Auto-Jobs http://www.auto-jobs.ca/index_fr.htm

Charité

Charity Village http://charityvillage.com/

Comptabilité

Ordre des comptables professionnels agrées du Québec http://espaceemploi.cpa-quebec.com/fr.aspx

Ingénierie

Réseau Carrières en Génie http://www.engineeringcareers.ca/engineering-jobs/index_fr.htm

Environnement

Eco Canada http://www.eco.ca/viewjobs/default.aspx

Éco-emploi Canada http://www.goodwork.ca/ecoemplois.html

Mode

Style Nine to Five http://www.styleninetofive.com/

TI / Technologie

IT jobs http://www.itjobs.ca/fr

Secteur manufacturier

Médias

Infopresse https://jobs.infopresse.com/jobs

Espresso-jobs http://www.espresso-jobs.com/

L’Entremetteuse http://www.lentremetteuse.com/index.php

Isarta http://isarta.com/index.html

Grenier aux emplois http://www.grenier.qc.ca/emplois

Secteur minier

Explorez vos ressources http://www.acareerinmining.ca/fr/employers/index.asp

LES MÉDIAS SOCIAUX

Les étudiants connaissent tous l’impact que Facebook et les médias sociaux en général ont sur leurs vies. De façon surprenante, la plupart d’entre eux semblent pourtant réticents à se servir des médias sociaux afin de trouver un emploi dans leur domaine ou de démontrer leurs expertises et leurs champs d’intérêt à leurs connexions. Alors, devriez-vous emboiter le pas et vous créer un profil professionnel? Définitivement!

Lorsqu’on parle de réseaux sociaux professionnels reliés à l’emploi, LinkedIn est devenu une référence. Selon Jean Boileau, directeur du recrutement et des communications à l’Université du Québec en Outaouais, il est important pour les étudiants de se créer un profil sur LinkedIn.

« C’est le plus grand réseau professionnel mondial avec plus de 225 millions d’utilisateurs dans 200 pays, explique M. Boileau. Selon une étude mondiale, 83 pour cent des leaders mondiaux du recrutement s’accordent à dire qu’il constitue un élément primordial dans leur capacité à recruter les meilleurs talents. Plus de la moitié des entreprises ont augmenté leur investissement dans la marque employeur en 2012, et 40 pour cent de plus ont maintenu leurs dépenses en la matière. »

Avec LinkedIn, le curriculum vitae devient public pour toutes vos connexions professionnelles ainsi que pour vos employeurs potentiels. Non seulement il vous est possible d’y inscrire vos expériences de travail, vos qualifications, vos reconnaissances ainsi que votre cheminement scolaire, mais ce réseau permet aussi à vos connexions de recommander vos compétences, ce qui ajoute beaucoup de crédibilité à votre profil. Finies, les références traditionnelles! Avec LinkedIn, un futur employeur saura immédiatement si vos collègues au travail et à l’école reconnaissent vos forces et si elles concordent à ce que vous leur aurez dit lors d’une entrevue. Bien sûr, les employeurs peuvent également y inscrire des offres d’emploi, vous permettant de tout regrouper en un seul endroit.

Se démarquer? Bien entendu!

Dans cette ère 2.0, comment faire en sorte d’avoir un profil ou un CV original que les employeurs remarqueront lorsqu’il en existe tant d’autres? « Des CV imprimés sur bouteilles de lait, sur enveloppe, affiches… L’originalité n’a plus de frontière, affirme M. Boileau. Pour le recrutement en ligne, il faut savoir se faire connaitre sur Twitter et LinkedIn et établir son réseau auprès des influenceurs et des recruteurs. Un travail de longue haleine… »

Pour certains domaines, comme les communications, les relations publiques, la publicité, le marketing ou les arts, les médias sociaux sont déjà d’une importance capitale dans le recrutement. « Twitter est un “must” pour être au courant, se faire connaitre et rejoindre, principalement, poursuit-il. C’est le réseau le plus influent pour joindre ceux qui font les tendances, les journalistes, recherchistes et blogueurs. Que ce soit sur LinkedIn, Facebook, Instagram, Feed ou tout autre réseau qui débarquera au cours des prochains jours, mois et années, et peu importe son domaine d’études ou de travail, il faut être actif, parler, jaser, échanger, développer son branding, sa couleur et ses champs d’intérêts. Bref, il faut être dans la parade et non la regarder passer! »

Besoin d’exemple? Si vous étudiez en design graphique ou en arts visuels, vous avez très certainement un portfolio professionnel, relié… en papier. Pourquoi ne pas vous créer un site Web pour afficher vos créations? Si vous n’avez pas les connaissances nécessaires en HTML pour se faire, vous pouvez toujours vous créer un blogue gratuit… ou encore afficher vos créations sur Pinterest! Qui sait? Avec ce média social, vos œuvres se retrouveront peut-être « épinglées » par les bonnes personnes!

Vous voulez devenir journaliste? Si l’écriture vous passionne, démarrez-vous un blogue immédiatement! Donnez-y votre point de vue sur la couverture journalistique effectuée par les médias sur certaines nouvelles, commentez les nouvelles qui vous affectent le plus, dénoncez les pires erreurs de relations publiques. Servez-vous de votre talent et de votre passion! De cette façon, si vous terminez vos études et que vous vous cherchez un emploi sans réelle expérience dans un journal, vous pourrez vous servir de votre blogue pour que les employeurs découvrent votre style d’écriture. Si les médias électroniques, comme la télévision, vous passionnent plus, pourquoi ne pas profiter d’Instagram ou de Vine pour créer une courte vidéo de présentation originale? Pourquoi ne pas créer un compte YouTube ou Vimeo avec les reportages que vous avez réalisés pour l’école? Vous serez remarqué en un rien de temps, c’est assuré!

Que faire et ne pas faire?

On parle souvent des choses à ne pas dire ou faire en entrevue. Pas de surprise : sur les médias sociaux, tout particulièrement pour le recrutement, il est essentiel de suivre les mêmes conseils et principes. Ne pas mentir, ne pas s’inventer des compétences, ne pas sembler arrogant… bref, être honnête envers soi-même et les employeurs. Il s’agit de la base d’une bonne relation de travail.

Également, bien que vous vouliez vous faire remarquer par les employeurs, faites toujours attention à ne pas les importuner. Selon M. Boileau, être insistant auprès des entreprises et abuser des messages directs (sur Twitter, par exemple) représente la pire erreur en termes de recrutement en ligne.

Bien que le principe du recrutement en ligne via les médias sociaux soit plutôt récent, il s’agit d’une pratique qui se développe à une vitesse monstre. Rechercher un emploi représente déjà un emploi à temps plein en soit. Investissez un peu plus de temps et d’effort afin de vous créer une présence professionnelle sur les médias sociaux. Croyez-le : en mettant toutes les chances de votre côté, vous trouverez rapidement et, sinon, les employeurs se rappelleront de vous.

Par Élise Robillard

LE RÉSEAUTAGE

Dans le contexte professionnel, le réseautage est une tâche fastidieuse et irritante. Le plus souvent, on le fait par obligation plutôt que par plaisir. À lui seul, le mot évoque des scènes de bavardage insipide, de poignées de main empreintes de raideur et des échanges de cartes professionnelles. Le geste peut sembler faux, calculateur et agaçant. Autrement dit, le réseautage est vraiment une corvée.

Merriam-Webster définit le réseautage comme « une façon de cultiver des relations productives dans le cadre du travail ou des affaires ».

Pour la plupart des étudiants et chercheurs d’emploi, la recette associant les mots « relations productives » et « affaires » est simplement repoussante. Pourtant, ces mots ne posent pas vraiment problème dans la définition. Le vrai problème est ailleurs : dans ce que la définition ne dit pas.

La plupart du temps, lorsque j’anime un atelier d’exploration de carrière, les étudiants me disent que pour eux, l’important, c’est de donner un sens à leur travail. Ils veulent que leur activité professionnelle représente une contribution, au monde ou à une personne, ou qu’elle reflète une valeur personnelle profonde. En fait, ils veulent que leur travail soit l’expression d’une valeur profonde. Ils ne veulent pas seulement faire quelque chose, ils veulent être fidèles à eux-mêmes

Comment concrétiser cela quand l’enjeu est de « cultiver des relations d’affaires productives »? Comment est-ce que le désir d’exprimer des valeurs profondes peut-il être compatible avec le fait de passer une heure à bavarder et à distribuer des cartes professionnelles?

C’est impossible, à moins que les chercheurs d’emploi ne révisent de fond en comble leur définition du mot « réseautage ». Mieux encore, pourquoi ne pas remplacer ce terme emprunté au jargon des affaires par une expression reflétant davantage ce que l’on essaye réellement de faire et qui répond mieux à nos aspirations profondes?

Cette expression est toute simple : « nouer des relations ».

Quand on « bâtit un réseau », on cherche la quantité; quand on « noue des relations », on cherche la qualité. « Bâtir un réseau » est superficiel, « nouer des relations » est essentiellement authentique. « Bâtir un réseau » est prémédité, « nouer des relations » est spontané. Les gens cherchent à bâtir un réseau pour servir leurs objectifs professionnels, mais ils nouent des relations dans un esprit de réciprocité et parce que la somme des parties est plus importante que les parties elles-mêmes.

Nous sommes avant tout des créatures sociales, même ceux qui, parmi nous, se disent introvertis. Notre besoin de chercher à nouer et à entretenir des relations avec les autres est inné. Le concept de « réseautage », tel qu’on l’entend normalement dans le milieu des affaires, est une perversion de cette tendance naturelle. Il est motivé par l’idée qu’il faut se jeter les uns sur les autres au nom du sacro-saint dollar. Rien de cela dans le fait de nouer des relations. On noue des relations dans un esprit de réciprocité.

Alors, comment arrêter de créer des réseaux pour nouer des relations? Voici trois idées simples :

Se concentrer sur la qualité plutôt que sur la quantité.
Pour nouer des relations qui ont un sens, inutile de distribuer des tonnes de cartes professionnelles ou d’accumuler les contacts sur LinkedIn. Si vous ne savez rien au sujet d’une personne, quel sens peut prendre cette « relation » pour vous ou pour l’autre personne? Par contre, si vous arrivez à nouer des conversations enrichissantes avec des personnes qui partagent vos valeurs, il est facile de comprendre que, au bout du compte, cette relation pourrait avoir des retombées intéressantes pour chacune des parties.

Concentrez-vous sur ce que vous pouvez faire pour les autres, et non sur le contraire.
Lorsque vous agissez ainsi, vous remarquerez que les gens en font autant pour vous. Cette attitude donne des résultats satisfaisants : collaboration, recommandations de part et d’autre, et satisfaction morale. Si votre seule préoccupation est d’avancer et de calculer quelles sont les personnes qui cadrent dans votre plan de carrière soigneusement élaboré, non seulement n’exploitez-vous pas les riches possibilités offertes par chacun, mais nouez-vous des relations unidimensionnelles qui s’effondreront dès que vous aurez obtenu ce que vous voulez.

Soyez authentique : Affichez votre personnalité et vos valeurs.
N’essayez pas d’être « parfait » ou de faire une « parfaite » première impression en adoptant une tenue irréprochable, des manières impeccables et en apprenant par cœur votre petit mot de présentation. Si vous voulez que vos relations soient authentiques, vous devez commencer par vous montrer tel que vous êtes. Assumez votre personnalité et laissez paraître un peu de vos valeurs les plus importantes – s’il y a un choc entre votre personnalité et celle de votre interlocuteur, cela veut probablement dire que ni l’un ni l’autre ne gagnerait à nouer une relation. Bref, respectez l’authenticité de ce que vous pourriez apporter à la relation.

Si vous misez sur la qualité, sur votre contribution et sur l’authenticité, en un rien de temps, vous allez nouer et entretenir des relations très intéressantes et productives! Pas de soucis – vous n’aurez plus jamais à faire du réseautage!

Par David Lindskoog