Faire carrière en développement durable, c’est possible!

Par Dominique Cyr

Vous aimeriez faire carrière en développement durable, mais vous ne savez pas vers quoi cela vous mènera concrètement?

Sachez que les possibilités de carrières dans le domaine sont de plus en plus nombreuses. Entre 2007 et 2010 seulement, les emplois liés à l’environnement ont augmenté de 70 % au Québec[1]! Si la tendance se maintient, les emplois en développement durable devraient continuer d’accroître, puisque le marché mondial de l’économie verte évoluera de façon exponentielle au courant des prochaines années, passant de 740 milliards $ US en 2009 à plus de 1,5 billion $ US d’ici 2020[2].

Ma participation au 1er Forum national sur l’économie verte et son impact sur la formation de la main-d’œuvre, organisé par EnviroCompétences, le 18 mars dernier, m’a confirmé que l’univers du développement durable est encore un monde à découvrir. Parmi les sujets qui ont le plus capté mon attention, j’ai retenu les «nouveaux métiers verts» qui naissent chaque jour sur le marché du travail. Les écoconseillers, les spécialistes en analyse du cycle de vie des produits, les gestionnaires du carbone, les vérificateurs GES et les écologistes industriels sont tous de nouveaux types de postes qui n’existaient pas il y a quelques années.

Ce qui est encore plus fascinant, c’est de constater le virage qu’ont pris certaines professions dans les dernières années pour intégrer les trois sphères du développement durable à leurs fonctions primaires. Pensez aux architectes et aux ingénieurs qui peuvent dorénavant se spécialiser en développement durable. Même constat pour les avocats, les comptables et les chimistes. Ces changements dans la formation et le marché du travail ouvrent des portes aux personnes qui souhaitent contribuer à un monde durable. La question est donc de moins en moins: «Est-ce que je peux contribuer au développement durable?», mais bien: «Est-ce que je veux y contribuer?»

Mon propre parcours peut vous servir d’exemple. J’ai terminé un baccalauréat en administration des affaires sans avoir complété de formation spécifique en développement durable. Par contre, après avoir pris du temps pour réfléchir à mon projet professionnel, j’ai décidé de prendre un «virage vert» et de débuter un MBA spécialisé en responsabilité sociale et environnementale des organisations. Après deux mois d’études, j’ai alors rencontré le Service de placement de l’Université Laval et obtenu mon mandat actuel qui me donne la chance incroyable de réaliser des projets de développement durable chaque jour.

Où je veux en venir, c’est qu’il n’est jamais trop tard pour contribuer à un monde durable et qu’il n’existe pas un seul chemin pour le faire. Il y a désormais, dans le réseau universitaire, des formations en développement durable de toutes sortes qui peuvent vous permettre de réaliser vos ambitions. Ne vous arrêtez surtout pas au fait que vous ne pourrez pas, posez-vous plutôt la question: «Est-ce que je veux?»

Pour vous aider, voici quelques recommandations afin de développer votre employabilité :

1-    Prenez le temps de bâtir votre projet professionnel en vous posant des questions telles que «Quelles sont vos valeurs?», «Quelles sont mes forces?», «Quels sont mes intérêts?» et «Quelles sont mes compétences?»;

2-    Ajustez, si nécessaire, votre parcours universitaire afin d’y intégrer un volet développement durable;

3-    Effectuez un stage en développement durable;

4-    Réalisez un projet en développement durable avec un enseignant, individuellement ou en équipe;

5-    Impliquez-vous dans le domaine en vous joignant à un groupe activement engagé en développement durable;

6-    Écoutez vos valeurs, vos forces, vos intérêts. Soyez le chan­ge­ment que vous vou­lez voir dans le monde.


[1] Jean-Luc Trahan, Commission des partenaires du Marché du Travail (CPMT), lors du 1er Forum national sur l’essor de l’économie verte et son impact sur la formation de la main-d’œuvre, 18 mars 2013, Palais des congrès de Montréal.

[2] HSBC (2010). « Sizing the climate economy : We forecast the low-carbon energy market will triple to USD2.2trn by 2020 », HSBC Climate Change Global research, September 2010.

 

 

 

Dominique Cyr est étudiant au MBA Responsabilité sociale et environnementale des organisations à l’Université Laval et agent contractuel chargé de la planification du développement durable.

 

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas publié)

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>